Triest

Trieste représente pour l’impératrice Sisi le « tremplin » vers le sud. C’est ici que se trouve le point de départ de bon nombre de ses voyages en mer. Entre 1869 et 1896, la femme monarque autrichienne s’y arrête 14 fois au total avant ou après ses voyages en mer Méditerranée. C’est de Trieste qu’Elisabeth commence son voyage vers la Grèce. Sur l’île de Corfou, l’impératrice fait construire en 1890 un palais de marbre blanc, l’Achilléion et elle y retourne à plusieurs reprises.

Pendant son séjour à Trieste, Sisi réside dans le château de Miramare à la porte de la ville : un château de rêve, situé sur les falaises et surplombant la mer. Il a été construit par Maximilian, le frère de l’empereur François-Joseph, qui a régné en tant qu’empereur de Mexico à partir de 1864. Il y a cependant été exécuté en 1867. A l’intérieur du château, il est possible de découvrir différentes précisions sur les séjours de François-Joseph et d’Elisabeth. Le château à la façade blanche en pierre à chaux est un lieu historique particulièrement bien conservé qui comporte plus de 20 chambres dans le style de l’historicisme romantique.

Le vaste parc, dans lequel il est également possible de trouver des plantes exotiques, était prévu à l’origine comme un lieu de méditation et est conçu en terrasses. Des marches conduisent à la mer. Un « castelletto », petit château, sert de pavillon. C’est dans ce dernier que Charlotte, la femme de Maximilien, a été enfermée à la fin de sa vie en raison de troubles mentaux. Depuis le XIVe siècle, les Habsbourg règnent sur cette région. En allant du château jusqu’au port pittoresque de Trieste, il est possible de voir le monument d’Elisabeth, longtemps oublié mais désormais placé en face de la gare. Tout comme à l’époque des Habsbourg, les huitres, également très appréciées par Sisi, sont cultivées dans le golfe de Trieste, aujourd’hui avec l’aide financière de l’UE.

Actuellement, il n'y a pas d'actualité.